Archives par étiquette : théorie de l’âme

L’âme pèserait trois quart d’once soit 21grammes

Le Poids de l’âme pèserait 21grammes

Poids de l'âme ou théorie des 21 grammes du Dr Duncan MacDougall

Poids de l’âme ou théorie des 21 grammes du Dr Duncan MacDougall

Le poids de l’âme serait très exactement de trois quart d’once, soit 21 grammes. Enfin selon une théorie émise par le très  controversé médecin américain Duncan MacDougall de Haverhill, Massachusetts en mars 1907. Et c’est au moment de la mort physique que le corps serait allégé de cette masse.

Théories publiées en 1907 dans le célèbre New York Times. Ainsi que dans la revue médicale American Medicine. L’hypothèse part du principe simple de « la continuité personnelle après la mort du corps » et assurant ainsi que :

« les fonctions psychiques continuent à exister comme individualité distincte ou personnalité après la mort du cerveau et du corps »,

Et MacDougall dans sa théorie des 21 grammes en concluait ceci :

« qu’il doit y avoir une substance inscrite dans l’espace comme base de cette continuité personnelle ».

Et sont expérience autant que sa théorie à l’époque ne reposait sur absolument rien de concret ! Et encore moins de scientifique. Alors plusieurs médecins de l’époque jusqu’à nos jours on repris la théorie de MacDougall. Ainsi, ils lui cherchaient une explication plus rationnel, ou du moins, un minima vérifiable.

En quoi consistait la théorie de MacDougall ?

En 1907, la théorie de MacDougall ne reposait que sur une différence de poids constaté avant et après le décès clinique d’un patient. Alors autant dire rien de probant ni pour l’époque, ni pour maintenant. Surtout que 6 patients humain et 15 chiens ne sont en rien représentatif d’une généralité. Et encore moins représentatifs d’une population.

De plus la théorie de MacDougall ne reposait que sur la constatation de perte de poids de 6 patients cliniquement mort. Il reproduit alors l’expérience sur quinze chiens, probablement empoisonnés et à la suite de celle-ci MacDougall indiqua que :

« les conditions idéales pour une expérience sur des chiens seraient obtenues de chiens mourant d’une maladie qui les rendrait très fatigués et incapables de se débattre. ».

N’ayant pas constaté que les chiens avaient perdu du poids lors de leur mort, il en conclura que :

« Il n’avait pas pu constater le poids de l’âme des chiens, car les chiens ne possédaient pas d’âme. »

Pour un scientifique elle est plutôt facile et un peu légère celle là. Ainsi sur quoi se fondait-il pour porter de tels propos ? Aujourd’hui avec de tél propos tenu sur nos amis à quatre pattes, on le fustigerait sur la place publique.

Pourquoi un tel engouement pour le poids de l’âme ?

  • André Maurois s’est inspiré de cette expérience pour écrire son roman Le peseur d’âmes.
  • Dans le roman Le Symbole perdu de Dan Brown, Katherine Salomon reproduit l’expérience de Duncan MacDougall.
  • Dans le manga Gantz, il est révélé que, quand un humain meurt, 21 grammes d’information sont transférés vers une autre dimension.  Un transfert d’information comme réintégrés à un nouvel individu naissant.

Alors pourquoi un tel engouement pour le poids de l’âme ?

Et bien on en sait toujours fich’tre rien !!

Ainsi, ni la médecine, ni la science ne s’expliquent clairement sur le sujet. Alors dans le commun des mortels, chacun y va un peu de ses croyances en la matière. Et pour ma part je n’ai rien trouvé qui explique le nombre de 21 et qui soit vraiment tangible. A l’époque 1 Once valait 28.3495 grammes. Rien de ce côté donc. Hormis peut être que 15 chiens + 6 humains = 21 êtres représentatifs de l’étude. Et oui je sais cela est plus que mince. Et si ça va en faire sourire certains, ça va en faire ironiser d’autres. Mais si l’on considère qu’à l’époque le tableau d’étude de MacDougall ne révèle aucunement une perte de 21 grammes, je suis plutôt pas mal. En plus sur les 6 cas, un seul a « vraiment » été considéré dans son étude.

  • 2 ont étaient exclu pour « défaut technique » … Faut-il en rire ?
  • 1 a perdu du poids pour ensuite le reprendre !! ?? … Son âme a t-elle voulu rester ?
  • Et les autres on perdu plus de poids que prévu … Oups !

Alors vu que MacDougall a volontairement exclu l’expérience des quinze chiens, une seule personne aura permis cette conclusion.

The Existence of Such Substance

Plus sérieusement : voici un extrait de son article “The Soul: Hypothesis Concerning Soul Substance Together with Experimental Evidence of The Existence of Such Substance.” paru en 1907 et qui « permettrait un semblant d’explication ».

Le confort du patient était assuré de toutes les manières possibles, quand bien même il était pratiquement moribond lorsqu’il fut placé sur le lit. Il perdait du poids lentement, au rythme d’une once par heure (38.3495 grammes, donc), en raison de l’évaporation d’humidité par la respiration et l’évaporation de sueur.

Cela a duré trois heures et quarante minutes durant lesquelles je n’ai pas quitté des yeux le balancier. Il expira soudain. Le balancier toucha subitement le bas sans remonter, dans un grand bruit. La perte était de ¾ d’once précisément (un peu plus de 21 grammes).

Cette perte de poids ne pouvait pas être due à une évaporation d’humidité pulmonaire ou de transpiration, puisqu’on avait établi que celles-ci se produisaient au rythme d’un soixantième d’once par minute. Tandis que cette perte-ci était soudaine et large; trois quarts d’once en quelques secondes seulement. Les intestins ne se sont pas vidés et même si cela avait été le cas, leur contenu se serait déversé sur le lit et auraient été pesés quand même (…)

Ne restait plus qu’à explorer un dernier canal pour expliquer cette subite perte de poids: l’expiration de l’air résiduel contenu dans les poumons. Je grimpai donc sur le lit et mon collègue remit la balance à zéro. Forcer l’inspiration et l’expiration n’eut aucun effet sur la balance. Dans ce cas, nous avons une perte de poids de ¾ d’once inexplicable. S’agit-il de la substance de l’âme ? Comme l’expliquerions-nous autrement ?

En conclusion

Plus raisonnablement : il est vrai que j’ironise beaucoup dans cet article. Alors bien sur que je crois à la vie après la mort, à l’âme. Je suis d’ailleurs bien placé pour cela. L’étude du Doc MacDougall soulève bon nombres d’erreurs. Et si sérieux soit le sujet de l’âme au moment de la mort , je me pose néanmoins plusieurs questions/réflexions, auxquels visiblement ce cher Doc n’a pas pensé.

  • Si l’âme est une masse énergétique. Alors il est impossible qu’elle soit identique à toutes les personnes. Un champ énergétique dépend avant tous d’une masse « physique ». Et désolé Doc, mais on ne pèse pas tous le même poids.
  • Une masse énergétique en mouvement ne se mesure pas en gramme mais en kilojoule. Car elle dépend d’une force ou d’une poussée suivant le cas.
  • Comment pouvait-il garantir la fiabilité des instruments de mesure ?
  • Comment a t-il fait pour mesurer l’énergie ? Si seulement le poids de l’âme se résumait à un poids visible et mesurable se serait plus simple.
  • A quel moment de la mort (mort physique, mort cérébrale, mort civile) du patient, le Docteur MacDougall a t-il débutait son expérience de mesure du poids de l’âme ?

Article de Duncan MacDougall en Anglais

© Evolynn Desmarrais
© 2013-2016 Copyright  www.Astral-Ethic.com
Toute reproduction, totale ou partielle, interdite